mercredi 19 décembre 2018
Home / Actualités / Délinquance : Il se faisait passer pour marabout, entrepreneur et colonel de l’armée

Délinquance : Il se faisait passer pour marabout, entrepreneur et colonel de l’armée

Trois présumés fraudeurs de réseaux téléphoniques ont été présenté à la presse ce vendredi 12 août à Ouagadougou. Un autre se disant « tueur professionnel » est aussi aux arrêts. Ils seront tous présenté au parquet selon la brigade de recherche de gendarmerie.

La cible du présumé « tueur professionnel » était les femmes notamment celles vivant en couple de polygamie. Cet individu, selon Abdoulaye Savadogo, commandant de la brigade de gendarmerie de Ouagadougou spoliait les populations en leur faisant croire qu’il avait été contacté par leur proches moyennant une sommes d’argent pour les éliminer physiquement qui lui envoyaient effectivement la somme requise par airtel money.

Les victimes classées en trois catégories par la gendarmerie sont : les personnes avec qui il a travaillé de par le passé, les personnes ayant affiché les contacts téléphoniques devant leurs boutiques, les personnes qui contactent les médias (radio) à la recherche de leurs parents.

Les couples polygames en difficultés n’étaient pas aussi en reste. Quand il apprend, par exemple, qu’un couple s’est disputé, il entre en contact avec l’une des coépouses et lui dit qu’il serait un marabout. « Il soutiendra que sa coépouse serait venue le voir pour qu’il la tue. Il lui demande alors d’envoyer de l’argent pour empêcher le sort », précisé le commandant. Tantôt entrepreneur, XY s’est également présenté comme le colonel Paré de la section de recherche de gendarmerie, en racontant à ses victimes, qu’il a reçu des instructions de la haute hiérarchie militaire de les arrêter. « Il propose à ces derniers de verser des sommes d’argent pour qu’il sursoie à leur arrestation pour rendre compte qu’elles sont hors du pays », explique Abdoulaye Savadogo. Par ces procédés XY a fait de 125 victimes avec qui il a soutiré entre 200 000FCFA à 500 000FCFA.

Plus d’un à deux millions d’achats de cartes téléphoniques par semaines

Ils sont pour la plupart ivoiriens et togolais. Ils viennent au Burkina et louent des maisons allant de 100 000F à 200 000FCFA pour installer de la connexion internet et autres matériels électroniques. Ils embauchent des nationaux qui doivent rester sur place pour l’entretien des équipements, l’achat de cartes de recharges, le paiement des factures d’eau, d’électricité et du loyer. « Leurs missions principale est de veiller à ce que les équipements soient en permanence allumés et aussi, une fois les cartes achetées, il les gratte avant d’envoyer les codes de recharges sur la boite mail d’un certains Yao Koffi Jean Paul David en Côte d’Ivoire », indique le conférencier.

Le trafic est capté via internet au Burkina et dirigé vers un contenant des cartes sim Airtel, Telmob et Telecel. Par exemple, quand un correspondant X résidant en France, appelle un autre Y utilisant le réseau Airtel Au Burkina, l’appel international sera capté par le fraudeur à travers son boitier Simbox au Burkina avant d’être renvoyé vers le correspondant burkinabè sous forme d’appel local.

Le correspondant burinabè voit s’afficher un numéro Airtel sur son téléphone alors qu’il s’agit d’un appel international entrant de la France qui devait être un format +33.

Ces trafics, selon représentants des sociétés de téléphonies présents au point de presse a fait plusieurs millions de FCFA de perte. Un appel a été lancé aux populations à plus de collaboration avec les forces de défenses et de sécurité en vue de réduire l’insécurité au Burkina.

Source: Bassératou KINDO – OMEGAFM

Check Also

UJOCCI / Le président Philip Kla reçu par le DG du Palais de la Culture

Le nouveau président élu de l’Union des Journalistes Culturels de Côte d’Ivoire (UJOCCI), Philip Kla, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *